La jungle mania ART ROCK a de nouveau frappé !

Mis à jour : 24 juin 2019

Coup de foudre pour un événement où la diversité, l’authenticité, l’excellence sont à l’honneur




Bienvenu dans ce monde nourri de fantasmes, de réalités, de rencontres où l’artiste est bien l’acteur principal ! Tel une souris, je me faufile pour observer, relater. Explorons ensemble ces voies-x retentissantes chargées d’énergie, de surprises, de coups de cœur, de rencontres artistiques sauvagement humaines, de moments d’évasion, d’histoires, d’expériences.

Cet univers Art rock a vu sa population monter à 78000 festivaliers cette année 2019 pour son 36ème anniversaire du 7 au 9 juin. Toute la forêt briochine bouillonne. Elle est en pleine effervescence. On observe des troupeaux de gazelles, de lions, des hordes prêtes à rugir de bonheur, et à se faire entendre à l’autre bout de la jungle city St-Brieuc. L’orage ne réussira pas à les calmer, ni à les dissuader de participer. Au contraire, même si certains n’ont pas résisté ne voulant pas se transformer en chat mouillé, la plupart ont bravé les éléments pour vivre l’expérience ART ROCK, élémentaire mon cher Watson !


Les rois et reines ART ROCK à l’origine de cet attroupement ont bien précisé le « menu » :

« Une invitation à tous les oiseaux de nuit à entrer dans la danse, une célébration de toutes les créatures imaginées par de féroces artistes ».

C’était comment avant ?


ART ROCK, une série de dates qui se suivent et ne se ressemblent pas. Un festival qui garde néanmoins son identité. Un regain d'influence cette année par rapport à l'édition 2018 qui enregistrait 70 000 entrées, et une croissance par rapport à 2017 avec 76 000. Cette année 2019 rejoint la fréquentation de 2016.


Parlons vente des billets car soyons sincères, une telle organisation est énergivore, il faut pouvoir rétribuer tous les acteurs offrant de telles performances logistiques, administratives, artistiques, économiques !

Faisons le point de ces 3 dernières années :

2019 = 41 000 entrées payantes et 37 000 aux animations gratuites

2018 = 40 000 entrées payantes et 30 000 visiteurs aux expositions et concerts gratuits

2017 = 38 000 entrées payantes et 38 000 spectateurs aux expositions et spectacles gratuits


Ce qui importe pour la direction, les 200 salariés et 600 bénévoles, associés aux 150 partenaires et mécènes, 150 entreprises prestataires dont 100 des côtes d'Armor.

2 expériences, 2 approches, 1 vision

En résumé, j’ai arpenté les rues, ouvert cœurs et oreilles sans limites, capté des impressions visiteurs à la volée, ressenti des vibrations gustatives dignes d'une douce révolution culinaire avec un bonus conférence de presse avec l'envoûtante ANGELE. Un cocktail mémorable, imprégné de good vibes.


L’an passé, j’avais le masque « festivalière », en totale observation. Les sens en éveil tel un nouveau né. C’est donc l’ambiance qui m’a marquée. D'ailleurs, l'article du Télégramme met en exergue les propos de Carol MEYER, administratrice générale du festival qui, après bilan, retient « un climat chaleureux et apaisé » (publié le 20 mai 2018, Laurent Marc). Cette publication m'a appris qu'à ce moment là, les organisateurs pressentaient « une drôle d'édition » suite au départ de Jean-Michel Boinet, l'ancien directeur.

Sur le moment aucun moyen de sentir une quelconque baisse de fréquentation. J’étais en TOTALE immersion ! Dans le bain, la foule, en train d'apprécier les spectacles, les artistes donnant le meilleur d'eux-mêmes, en train d'observer les sourires des participant-es et leur enthousiasme.


En 2018, la danse était l’axe privilégié avec son refrain « Let's dance ! ». Un sujet naturellement swing. Rapidement, j'ai été saisie, happée par « les musiciens du métro », installés au « village du festival ».



Mon séjour parisien m’aurait influencée ? Qui sait… Quel merveilleux hasard de découvrir des artistes pas encore hissés sur la grande scène. On se sent comme « privilégié », c’est intimiste (même si ça grouille de partout et tout le temps !). On déguste le son et les plats concoctés par des chefs traiteur tout en se laissant bercé par les musiques à la fois suaves et rythmées, abrité sous le chapiteau laissant deviner le ciel étoilé place de la résistance, sans émettre le moindre refus : « simple, basique » dixit le terrible et l’inclassable ORELSAN installé sur la grande scène, l’une des têtes d’affiche #35.


Souvenirs 2018 :

Lien vers la captation en direct ici : https://www.facebook.com/100009183341868/videos/1989683548014404/?t=0.

Récapitulatif flash ici : https://www.facebook.com/MKOMMCONSEIL/videos/1879994745631043/?t=52


C'est la pause gourmande ROCK'N TOQUES !



En un mot : jouissif pour les papilles ! une explosion de saveurs en bouche, avec des nuances de goûts, d'intensité. On voyage aux 4 coins du monde, on découvre des chef(fe)s et leurs fidèles collaborateurs(trices).

19 maisons gourmandes de Rock’n Toques (chefs cuisiniers dont 3 étoilés, pâtissiers, artisans, cavistes) 16 000 assiettes gourmandes servies aux festivaliers : cela donne le ton !

Je confirme, même si parfois il fallait prendre patience à des niveaux égalant les files des plus gros événements (vous pouvez compter en heure) !





Cette année 2019, équipée de ma perche, prête à immortaliser les moments, je récupère cette fois-ci le masque « média Mkommconseil » à la Maison du festival, le Quartier Général. Go ! Je cours, je me pose, j’écoute, je reste vigilante, et en même temps, je reste à l’affût de la moindre ouverture pour passer à travers les nombreux êtres fantastiques occupant l’espace de rue et pas que ! Ces êtres sont magiques : ils sont là, et partout à la fois, faisant un seul et unique être car porté par la même vibration cosmique, le même élan mobilisé par les artistes hors norme, diffusant leurs airs envoûtants l’air de rien, imprégnant nos esprits d’une mélodie insistante tellement savoureuse, à la fois douce et sauvage. Tous les goûts sont dans la nature : on est servi !

Munie de mon micro passe partout, je recueille impressions et avis, en dégainant aussi rapidement que possible durant les interludes, moment où le calme revenait, avant la tempête ! Antoine, Élodie, Cédric et Jil se sont prêtés au jeu de l’interview tout terrain. Antoine, rôdé, briochin d'origine a confirmé son intérêt pour PRIMAL SCREAM, avec une pointe d'humour, un regard reculé, satisfait et amusé, en évoquant la météo locale. Quant à Élodie, accompagnée de Cédric, pour qui c'était une première, elle fut très satisfaite et compte bien revenir. Jil, elle, nous a confié ses impressions au bureau, une semaine après l’événement, encore sous le charme Art Rock, son bracelet au poignet, encore “chargé”. Leurs interviews sont à découvrir ici :



Affamée, curieuse, je voulais tout sentir, vivre chaque instant, rien louper. Le temps restait malheureusement intraitable, impossible de négocier, il filait ! Je vivais parfois même des émotions contraires en un temps record. Car je passais de Camélia Jordana à Fontaines DC ! Un écart significatif et intéressant malgré ma propension à apprécier des sons moins « sauvages ».

Et pourtant…




Si j'avais un coup de cœur à citer pour cette 36ème édition, ce serait la jeune Aloïse SAUVAGE. Elle mêle poésie, engagement, danse, mise en scène, humour, auto-dérision, sous un genre rap pop. C'est frais, entraînant, touchant. Elle livre un travail d'écriture séduisant et touche les cœurs et les âmes.


PRIMAL SCREAM fut également une belle découverte. Décalé, rock, cet artiste écossais fait vibrer la foule et nous fait voyager musicalement et vestimentairement grâce à son costume pink !




The YD aussi m'a particulièrement plu pour leur côté électro pop. Ces parisiens forment un duo équilibré avec Yoshi, connu pour avoir été clavier de Stromae et Dakou, « moitié des afropunk Tshegue (art rock 2018). Une pulsation rythmée et mélodieuse qui convainc.


Puis viennent « mes » têtes d'affiche comm

e Kery JAMES, Charlie WINSTON, Charlotte GAINSBOURG, SebastiAn, Jeanne ADDED, Lomepal ou encore ANGELE. Des shows à la hauteur de leur réputation. Une foule au rendez-vous. La pluie n'a toujours pas réussi à vider les fosses ! Tonnerre de Brest !




Pour consommer repas et boissons, deux systèmes de paiement s'offraient à nous. Le Cashless et l'application LYF PAY. Le premier est un bracelet que vous achetez et récupérez sur site et que vous rechargez sur place ou en ligne. Avec l'application, il suffit de la télécharger, renseigner vos coordonnées bancaires. J'ai opté pour LYF PAY et j'en suis très satisfaite. Les débits furent rapides et je n'ai pas eu besoin de passer par une banque Cashless.






Un ange se livre et nous livre des clés inspirantes sur la vie d’artiste, l’histoire d’une vie...

Dimanche 9 juin, 14h direction conférence de presse avec ANGELE, mon « incontournable » artiste, pour qui j'ai un coup de foudre artistique. A 23 ans, elle sait rester simple, humble, curieuse, agile, créative, réfléchie. Naturelle, elle embaume la pièce d'une force douce et puissante à la fois. Elle a révélé être elle-même surprise de cet engouement à son égard, et de l'universalité de ses chansons. Elle dévoile « à 23 ans, je pense qu'on peut être un peu égocentrique. Pour l'instant, [ce qui m'inspire] ce sont mes histoires et celles qui m'entourent. Ce qui m'intéresse, c'est faire les liens. Un sentiment qui est le mien et qui se partage avec d'autres. Puis essayer de comprendre ce qu'il se passe. Mes chansons finalement ne sont plus les miennes. D'ailleurs, sur scène, je chante pour les autres..Je vois qu'ils vivent les chansons. C'est très gratifiant ».


A la question d'un journaliste « Aviez-vous eu des échos sur le festival Art Rock et peut-être sur l'ambiance en Bretagne ? », elle déclare « c'est drôle car j'ai été assez triste de voir le temps qu'il allait faire aujourd'hui et on m'a dit - t'inquiète pas, ici ils ont l'habitude, les gens sont bouillants – et je me suis rappelée que je venais de belgique et la pluie on s'en fout. »


A ma question « Bonjour, vous êtes une femme engagée, une artiste brillante, quel est votre prochain défi musical ou artistique? ». Elle répond simplement «Je crois que j'essaie quand même de me mettre des petits challenge musicalement, j'essaie d'autres tonalités par exemple, parce que l'album je l'ai écrit quasiment dans la même tonalité. J'essaie d'améliorer mes textes, mais c'est difficile car je suis solo, j'apprécie moins l'aide, je préfère voir comment je peux me débrouiller toute seule. Après le prochain défi serait plutôt d'arriver à garder ma place, ca veut dire, pas forcément être toujours là, savoir me retirer au moment où il faudra, et savoir continuer à être pertinente. Et le jour où j'aurai plus rien à raconter, avoir la présence d'esprit de me direok, là c'est bon, je vais prendre une pause ».


Le Storytelling, vous connaissez ? Il s’agit tout simplement d’une manière de raconter des faits, un parcours, une identité. Angele nous a donné un parfait exemple à travers le “Brol” (= affaires en désordre, souk) instructif. Nous apprenons l’histoire. Angele : “En fait, c’est très simple. En général je me fie à mes premières idées. Je dois ça à ma mère qui avait, sur une boîte “Brol” (petites punaises, boutons..), placé des autocollants du mot Brol; Il restait 4 lettres que j’ai collé sur mon ordinateur, lequel m’a suivi tout le temps depuis mes débuts. Après je me suis racheté un ordinateur. Le mien m’a lâché. J’avais envie d’écrire “Brol” sur mon ordinateur. Ce mot m’a suivi, je l’avais même brodé. Ce mot me faisait rire car je savais très bien qu’en France, ce mot ne voulait rien dire. On en a reparlé avec les graphistes, on rigolait de ce mot. Y’a le “B” de Belgique, ça fait penser à Brel, ça nous parlait. Et à la sortie de l’album, cela m’est venu comme une évidence. Et qui représentait pour moi une période de ma vie, c’est attachant, rassurant, familier. Et tout ce que j’aborde dans ma vie ce sont des brols pour moi : la jalousie, la comparaison, les réseaux sociaux, le narcissisme.” Quelques heures après, ANGELE donnait son concert sur la grande scène, acclamée. Elle a donné des frissons !

Mes impressions A CHAUD une fois sortie de la conférence ! De surprises en surprises..

https://www.facebook.com/100009183341868/videos/2270252689957487/?t=0



Les frissons continuent !

D’autres créatures appelées les Saurus ont transformé la ville de Saint-Brieuc en ville monstrueuse ce dimanche 9 juin. De grandes bêtes sauvages, tout droit venues de l’espace, accompagnées de guerriers, sont venues rencontrer les bretons et autres citoyens d’ici et d’ailleurs. La rencontre fut explosive ET élégante. La compagnie hollandaise Close-Act officie depuis 1991 ! Ce collectif d’acteurs, de chorégraphes, de musiciens, de designers et de plasticiens sont devenus incontournables conjuguant pluridisciplinarité, talent !

Le rendez-vous est pris pour nous le 29 – 30 – 31 MAI 2020 !

La thématique ? Surprise !

Ce qui est sûr : nous veillerons à surveiller de près la suite de cette aventure pour continuer à vous informer au mieux !


Un album photo est disponible sur notre page Facebook @MKOMMCONSEIL :

https://www.facebook.com/MKOMMCONSEIL/

Ce qu'on adore : la programmation éclectique, l'engouement du public, l'installation du festival en centre-ville donnant un nouveau souffle à la vie loale, l'amabilité et le professionnalisme de l'équipe du festival.

Des prix, encore et toujours !



> prix du Meilleur Festival Urbain de France au Festivals Awards, début 2018, devançant les poids lourds de la catégorie que sont les Francofolies de la Rochelle, le Printemps de Bourges ou le Festival interceltique de Lorient. > prix Atabula de la Meilleure Offre Culinaire de Festival, reçu en octobre 2018, venu récompenser l’opération Rock’N Toques, organisée depuis 11 ans au cœur du festival




Art Rock 2019 en chiffres (source : art rock)

78 000 spectateurs dont 41 000 entrées aux spectacles payants et 37 000 entrées aux spectacles gratuits 3 jours de festival 10 lieux de concerts, spectacles, installations, expositions 70 spectacles, expositions et concerts 450 artistes & équipes artistiques 19 maisons gourmandes de Rock’n Toques (chefs cuisiniers dont 3 étoilés, pâtissiers, artisans, cavistes) 16 000 assiettes gourmandes servies aux festivaliers 200 salariés 600 bénévoles 5200 repas servis aux artistes, techniciens et bénévoles pendant le festival 1 200 chambres d’hôtels pour les artistes et techniciens 150 entreprises partenaires et mécènes 150 entreprises prestataires dont 100 provenant des Côtes d’Armor 90 concerts dans le OFF du festival « Artbist’rock’ » Leur site à visiter sans modération ! www.artrock.org.

La culture productrice de richesses : un rapport de l'inspection des finances et des affaires culturelles datant de 2013 confirme bien l'apport de la culture au bénéfice de l'économie française à hauteur de 3,2% avec 57,8 milliard d'euros, quasi l'équivalent de l'agriculture et de l'industrie agro alimentaire (60,4 milliards d'euros) et 7 fois plus que l'industrie automobile.


Soutenir l’art, la culture est dans l’ADN Mkommconseil. C'est pourquoi l'agence est également liée par de fortes valeurs humaines à l'association ARTISS, créatrice et défenseure du lien interculturel comme vecteur de lien social, d'interactions pédagogiques et appui médiatique pour les artistes.

Artistes, vous souhaitez trouver des dates, valoriser votre talent, votre vision, vos sonorités, rejoignez-nous et ensemble, nous avancerons ! Www.assoartiss.org.



Pôle presse Mkommconseil,

Vous souhaitez nous contacter, bienvenu : presse@mkomm-conseil.fr

Notre site : www.mkomm-conseil.fr > suivez nos actualités inspirantes et celles des autres sur notre page


Crédit photos (tous droits réservés) :

Titouan MASSE

Gwendal LE FLEM

Julien MOTA

Mélinda KHIARI

45 vues

© 2019 MKommconseil / SIRET 53904402400047 / 0650164410 / contact@mkomm-conseil.fr